4 exemples d’économie circulaire en transport

Partager

L’économie traditionnelle a longtemps été un système linéaire dont la logique était: extraire, fabriquer, consommer, jeter. L’économie circulaire, elle, met de l’avant des cycles de production qui minimisent le gaspillage, réduisent la quantité de matière première utilisée, et, une fois l’objet produit, encouragent le recyclage, la réutilisation et la réparation. Ce concept est inspiré de la biosphère, un système régénératif qui minimise l’utilisation de ressources et les pertes d’énergie en ralentissant, fermant et rapetissant les cycles d’énergie et de matière.

Les initiatives en économie circulaire en transport sont souvent caractérisées par un passage d’un modèle de produit à un modèle de service, tout en maximisant l’efficacité et en minimisant le gaspillage. Voici 4 exemples, ainsi que quelque conseils pour appliquer les principes de l’économie circulaire en transport dans votre entreprise:

 

La Rolls-Royce des programmes d’entretien prédictif

Le programme Rolls-Royce TotalCare soulage le client de la responsabilité de la maintenance des moteurs d’avion. Ainsi, il suit et entretient le moteur tout au long de son cycle de vie, éclairé par les données de masse, le big data, recueilli sur un grand nombre de moteurs dans l’industrie. Le tarif de TotalCare est calculé en fonction du nombre d’heures de vol, donc Rolls-Royce n’est payé que pour les moteurs fiables. Depuis la mise en place du programme:

  • la fréquence des réparations de moteurs a diminué de 25%
  • jusqu’à 95% des pièces d’un moteur usagé sont récupérées ou recyclées
  • les moteurs Rolls-Royce ont une plus longue durée de vie qu’auparavant.

 

10 ans pour changer l’air à l’aéroport

En 2010, l’aéroport de Londres-Gatwick s’est donné 10 ans pour atteindre 10 objectifs de durabilité dans les domaines de la communauté, l’économie, le carbone, la qualité de l’air, le bruit, le transport, l’énergie, les déchets, l’eau et la biodiversité. Chaque année de cette décennie du changement, l’aéroport publie ses résultats en toute transparence. En 2017, ils ont obtenu une réduction de 10,5% de leurs émissions de carbone et de 5% de la consommation d’énergie par passager, en plus d’atteindre le seuil de zéro déchet non traité envoyé en enfouissement, entre autres résultats. L’aéroport de Londres-Gatwick vise un taux de recyclage de 85 % sur l’entièreté des déchets générés dans l’aéroport d’ici 2020.

Le procédé Move4earth qui permet à Solvay de recycler les coussins gonflables

 

La chimie opère

Chaque année, 38% des 25 millions de tonnes de déchets de plastique produits en Europe sont envoyés à la décharge. Afin de participer à l’objectif européen d’augmenter de 20% le taux de plastique recyclé d’ici 2020, Solvay a développé la technologie Move4earth qui permet de valoriser les déchets de coussins gonflables enduits de silicone. Le résultat: des polyamides 6.6 (PA6.6) de haute qualité.

Les objectifs 2025 et 2050 de DHL illustrés

 

Mission: zéro émission

DHL s’est fixé comme objectif de faire passer ses émissions de gaz carbonique à 0% en 2050 et d’augmenter son efficacité carbone de 50% d’ici 2025. En plus de former ses employés à devenir des ambassadeurs de leur virage vert, notamment en plantant 1 million d’arbres chaque année, l’entreprise effectuera 70% de ses opérations de cueillette et de livraison à bord de véhicules propres.

 

«Dans l’économie linéaire, on fait tout pour oublier nos échecs. Dans l’économie circulaire, chaque échec est une opportunité d’améliorer le prochain cycle.»

Franco Caruso, Brisa

 

Comment appliquer les principes de l’économie circulaire en transport

Bien que l’application des principes de l’économie circulaire puisse sembler au premier abord une pratique génératrice de coûts, les experts croient qu’elle se transforme en valeur une fois qu’une entreprise a achevé avec succès sa transition. Avant de se lancer, la première étape est d’intégrer les 3 principes fondamentaux de l’économie circulaire:

  1. Préserver et améliorer le capital naturel en contrôlant les ressources épuisables et en équilibrant les réserves de ressources renouvelables.
  2. Optimiser le rendement des ressources en utilisant produits, composantes et matériaux au maximum de leur capacité en tout temps, dans les cycles tant techniques que biologiques.
  3. Renforcer l’efficacité des systèmes en détectant et en éliminant les externalités négatives.

 

Une fois que vous savez que votre entreprise est prête pour un changement complet ou un projet pilote, voici les étapes que vous devez suivre pour vous lancer:

  • Intégrez la pensée et les méthodes de l’économie circulaire dans vos modèles et stratégies d’entreprise.
  • Effectuez une analyse des coûts et bénéfices pour vous assurer que le processus est profitable.
  • Soyez ouvert au partage de données et d’idées avec d’autres joueurs de l’économie circulaire.
  • Consacrez plus de temps à votre cycle de développement – les économies circulaires l’exigent.
  • Développez des paramètres, méthodes et indicateurs pour rendre les pratiques circulaires concrètes et applicables.

 

Cet article est basé sur des sessions de travail données au Sommet Movin’On 2017 sur l’économie circulaire par Tim McAloone (Université technique du Danemark), Manoëlla Wilbaut (DHL), Pascal Chalvon Demersay (Solvay), Franco Caruso (Brisa), Dominique Debecker (Solvay), Christophe Abrassart (Université de Montréal), Romain Muggeo (Michelin) et Manuele Margni (Polytechnique Montréal). Les exemples ont été développés et mis en forme spécifiquement pour ce blog.

Pour vous assurer de ne rien manquer du Sommet Movin’On, y compris notre programmation 2019, abonnez-vous à notre newsletter.

Vous pouvez également participer à la conversation sur LinkedIn, Facebook, Twitter et Instagram.