Démystifier l’économie circulaire

Partager

La croissance des économies mondiales est proportionnelle à leur impact sur notre planète, qui ne parvient plus à absorber la pollution ni à éviter la destruction de ses écosystèmes. La plupart des industries traditionnelles reposent sur un modèle d’affaires linéaire qui consiste à « extraire, fabriquer, jeter » et qui considèrent les pertes d’énergie et de matériaux comme inévitables et sans véritable lien avec le produit final.

L’une des meilleures manières d’assurer un avenir durable est de faire la transition vers un modèle d’économie circulaire. Ce modèle d’affaires consiste évidemment à réduire, à réutiliser, à réparer et à recycler afin de minimiser le gaspillage, mais le concept va encore plus loin.

En tant que sommet mondial portant sur la mobilité durable, le sommet Movin’On favorise les entreprises circulaires, de même que les réflexions et les actions qui reposent  sur ce modèle, que ce soit lors de ses conférences ou de ses sessions de travail. Ce concept n’est pas encore tout à fait intégré dans l’industrie du transport, mais les possibilités technologiques et commerciales peuvent certainement contribuer à lui donner sa juste place.

 

A la recherche d’un design durable

Des spécialistes comme Carl Bäckstrand, de White Arkitekter, et John B. Rogers, de LM industries, ont partagé leurs connaissances et leurs sources d’inspiration sur la scène du sommet Movin’On. La firme d’architecture White Arkitekter se spécialise dans le design durable en misant sur un audacieux modèle de planification pour des quartiers respectueux de l’environnement. Quant à LM industries, un pionnier dans la fabrication additive,  l’entreprise avait fait les manchettes en 2014 pour avoir conçu la première voiture électrique entièrement avec l’impression 3D. Ce genre de technologie, qui permet le microusinage, contribue à revitaliser les économies locales en misant sur le principe de la circularité, et accélère l’avènement de la mobilité durable aux échelles locale et nationale.

 

Créateur de partenariats

Bien souvent, l’utilisation de matériaux biosourcés ou recyclés exige la création de nouveaux types de partenariats à l’intérieur d’un écosystème, transformant les chaînes d’approvisionnement en réseaux et permettant de développer une clientèle intersectorielle. La session de travail organisée par Deloitte, qui réunissait Christophe Durand, un défenseur de longue date du principe de durabilité, et plusieurs autres spécialistes internationaux, portait sur les différentes façons de créer et de cultiver les relations inhabituelles qui sont à la base de l’économie circulaire.

 

Construire pour durer

« Construire pour durer » a longtemps été une excellente façon de réduire les déchets. Mais au rythme où les avancées progressent, il est plus complexe que jamais de concevoir des produits qui auront une longue durée de vie. Comment éviter la l’obsolescence prématurée d’un véhicule électrique lorsqu’il repose sur des technologies numériques qui évoluent sans cesse ? La session de travail organisée par UNECE  a mis cette question au premier plan et tenté de trouver des façons de concilier l’utilisation efficace des ressources et nos ambitions environnementales.